La disparition de Soho signifie-t-elle la fin du plaisir érotique à Londres ?


La disparition de Soho signifie-t-elle la fin du plaisir érotique à Londres ?

Mentionnez Londres et toutes sortes de choses et de lieux vous viennent à l’esprit. Que vous ayez l’intention de faire une excursion dans certains des web-sites historiques, tels que la Tour de Londres et Buckingham Palace, que vous visitiez la ville pour faire du searching dans certains des meilleurs magasins du monde, ou que vous souhaitiez simplement profiter de l’atmosphère de la capitale, il y a toujours beaucoup à voir et à faire à Londres.

&#13

Soho, le quartier rouge de Londres, a toujours valu la peine d’être visité.

&#13

Soho est un quartier qui a suscité beaucoup d’intérêt au fil des ans. Connu comme le quartier rouge de Londres, c’est l’épicentre de l’industrie du sexe du pays et on y trouve de nombreux sex-stores, librairies érotiques, clubs de lap dance et, bien sûr, des maisons closes. La question de savoir si Soho est toujours à la hauteur de sa réputation fait actuellement l’objet d’un débat, mais il est vrai que ce quartier particulier de Londres a une longue histoire de tourisme sexuel et de maisons closes et est extrêmement populaire auprès des personnes en quête d’aventures érotiques. C’est également l’un des premiers quartiers à avoir une présence homosexual visible, aux côtés des intercourse-retailers, des peep-shows, des strip-teaseuses et des prostituées.

&#13

Cependant, au cours des dernières années, Soho a subi une certaine transformation, ce qui a sensiblement changé l’identité de ce quartier. Des bas-fonds miteux du célèbre quartier rouge de Londres, nous avons vu l’émergence de nombreux nouveaux commerces, dont beaucoup sont des bars et des restaurants élégants et branchés, ce qui l’éloigne peut-être le plus possible de l’image traditionnelle de Soho.

&#13

Des racines bohémiennes au centre de l’industrie du sexe

&#13

Bien sûr, Soho a connu de nombreux changements au cours de son existence. À l’origine, le quartier était populaire auprès de la fraternité artistique et de nombreux peintres y ont élu domicile, notamment le maître vénitien Canaletto et John Constable, le célèbre peintre britannique de paysages. Au début du XXe siècle, Soho est devenu un lieu de additionally en additionally populaire auprès des immigrants qui y ont afflué pour installer des dining establishments leur rappelant leur pays d’origine, ce qui en fait un endroit où les bohèmes se réunissent pour manger, boire et partager leur philosophie de la vie.

&#13

La prostitution est devenue monnaie courante et, bien qu’elle ait été rendue illégale en 1959, Soho est devenu l’endroit où se rendre si l’on recherchait une rencontre sexuelle occasionnelle, en particulier avec la naissance des « walk up », où les prostituées offraient leurs services au public. Ces maisons closes sont devenues une caractéristique de Soho qui a attiré de nombreuses personnes désireuses de goûter à leurs produits ou simplement de découvrir ce que c’était que d’être dans un endroit où le sexe était si ouvertement exposé. Cependant, si certains de ces « walk up » existent encore aujourd’hui, ils sont de moins en moins représentatifs du quartier. Néanmoins, il est évident que leur existence a créé une ère de tourisme sexuel qui s’est poursuivie pendant de nombreuses années.

&#13

Le centre des swinging sixties, et le lobby de la communauté LGBT.

&#13

Lorsque les swinging sixties sont arrivées à Londres, la character du quartier a quelque peu changé, auto le Marquee Club de Wardour Road a accueilli les groupes à venir, tels que les Rolling Stones et Led Zeppelin. Tout le quartier devient alors synonyme d’un nouveau genre de divertissement musical, d’amusement, de débauche et du furthermore vieux métier de l’histoire, la prostitution. Avancez de quelques décennies et les premiers bars gays ont commencé à ouvrir dans les années 1980. Aujourd’hui encore, Aged Compton Street peut se targuer d’être le principal quartier gay de Londres.

&#13

Alors qu’il s’agissait à l’origine d’un lieu où les hommes venaient chercher un soulagement sexuel auprès des prostituées, l’accent a commencé à changer avec l’arrivée de la fraternité homosexual. L’année 1997 a vu l’ouverture de Prowler, une boutique gay qui proposait un éventail époustouflant de produits sexuels pour satisfaire les besoins des hommes et des femmes. En tant que magasin original et le plus ancien de ce sort à Soho, il a acquis la réputation d’être l’endroit qui a ouvert le monde de l’homosexualité et permis que l’on puisse être vu en train d’acheter des jouets sexuels et des accessoires en general public.

&#13

Soho est en déclin en raison d’une perte de tolérance à l’égard de l’industrie du sexe

&#13

Cependant, ces dernières années, Soho semble avoir perdu un peu de son frame of mind tolérante envers l’industrie du sexe. Alors que l’ensemble du quartier est une attraction touristique en raison de sa relation de longue day avec le monde du sexe et des aventures sexuelles, un nombre croissant d’établissements de ce style ferment chaque année et il devient de in addition en moreover difficile d’obtenir les licences nécessaires pour opérer dans ce secteur. En conséquence, de nombreux travailleurs du sexe et employés des entreprises de Soho commencent à penser que le quartier tout entier est en practice de perdre son identité exclusive.

&#13

Bien qu’il s’agisse d’un lieu de rencontre populaire pour la communauté gay, avec une prolifération de bars, de pubs et de boîtes de nuit, comme le Ku Bar, récemment désigné comme l’un des lieux homosexual primés de Londres, le nombre d’incidents impliquant des homosexuels a augmenté ces deux dernières années. Dans le cadre du « retour de bâton » des homosexuels, nous avons vu un pair d’homosexuels être maltraité et obligé de sortir d’un taxi par le chauffeur pour s’être simplement tenu la principal dans son taxi. Heureusement, la compagnie de taxi a enquêté sur la plainte et le chauffeur a été suspendu. Il est surprenant de constater que même l’Église pratique la discrimination, l’archevêque de Westminster, Vincent Nichols, ayant choisi d’annuler les messes bimensuelles pour la communauté LGBT dans une église de Warwick Road. Il n’est pas surprenant que cet acte de bigoterie flagrante ait indigné la communauté LGBT de Londres.

&#13

Des descentes de police dans de nombreuses maisons closes

&#13

Et qu’en est-il des maisons closes ? Eh bien, elles ont également été attaquées et ont fait l’objet de nombreuses batailles juridiques. Considérés comme une couverture pour le crime organisé, de nombreux bordels, intercourse-outlets et boîtes de nuit ont été la cible de grandes descentes de law enforcement organisées, dont certaines ont impliqué jusqu’à 200 policiers. Lors de ces descentes, les agents ont trouvé de la drogue et des objets volés (comme prévu) mais, moreover inquiétant, ils ont également trouvé un certain nombre de femmes qui vivraient dans des ailments inhumaines, ainsi que d’autres preuves qui ont amené la law enforcement à penser que le trafic d’êtres humains était répandu dans la région.

&#13

Les prostituées de Soho protestent contre la fermeture potentielle de 18 maisons closes

&#13

Cependant, la fermeture d’une maison close ne signifie pas la fin de la prostitution. Elle ne fait que forcer les prostituées et les travailleurs du sexe à se retrouver dans la rue, ce qui signifie qu’ils travaillent sans security et deviennent as well as vulnérables aux abus. C’est pourquoi de nombreuses prostituées de Soho ont protesté contre la fermeture potentielle de 18 maisons closes, ce qui a également conduit les membres d’une église locale à s’impliquer dans leur cause. Le révérend Buckley de l’église Sainte-Anne a dénoncé les steps de la police et a raconté comment une femme a été forcée de sortir dans la rue en sous-vêtements. En outre, de nombreuses femmes qui travaillaient dans les maisons closes ont été photographiées ou sont apparues dans les médias. Certaines travailleuses du sexe ont reçu des menaces de la element de la police, qui leur a dit qu’elle révélerait leur occupation à leur famille. Comme vous pouvez l’imaginer, il y a actuellement beaucoup de tension à Soho, où les commerces se battent pour rester ouverts malgré l’assaut de nouvelles lois et interdictions, et le fait que moins de licences sont délivrées.

&#13

Derrière les néons, tout se passe comme d’habitude, dans la mesure du achievable.

&#13

Pour le visiteur occasionnel de Soho, toutes ces tensions sous-jacentes sont à peine visibles. Promenez-vous dans n’importe quelle rue de Soho et vous verrez des publicités pour des filles, des maisons closes et des panneaux indiquant que des modèles sont disponibles à l’étage, ainsi que les publicités omniprésentes placardées à l’intérieur des cabines téléphoniques rouges familières de Londres. Bien que ce style de publicité ait été jugé illégal il y a plusieurs années, les cartes sont toujours disponibles dans chaque cabine téléphonique de chaque rue de Soho, et au-delà. Et, malgré la diminution du nombre de maisons closes, les affiches font toujours la publicité des products and services des travailleurs du sexe et attirent l’attention des shoppers potentiels et des touristes qui veulent simplement voir ce qu’est Soho. De furthermore, si beaucoup de gens profitent des services proposés pour voir ce que c’est que de rendre visite à une prostituée, il y a aussi de nombreux purchasers réguliers qui s’adonnent à leurs frissons à Soho depuis plusieurs années.

&#13

Qu’en est-il de Soho et de ses commerces du sexe ?

&#13

Une chose est sûre, la loi britannique relative au sexe est très claire : il est légal d’acheter et de vendre des providers sexuels au Royaume-Uni, mais la pratique de ces solutions, le proxénétisme et la possession d’une maison shut sont tous illégaux. Cela signifie-t-il que la custom de Soho en tant que quartier rouge de Londres touche à sa fin ?

&#13

Les travailleurs du sexe font maintenant entendre leur voix en descendant dans la rue pour protester contre la fermeture des maisons closes, tandis que le gouvernement cherche à durcir encore additionally le ton en proposant que le Royaume-Uni suive l’exemple de pays comme la Norvège et la Suède qui criminalisent l’achat de solutions sexuels. Il semble donc que la vieille tradition de visiter Soho pour voir les maisons closes et les sex-retailers appartiendra bientôt au passé, auto un autre quartier de Londres est repris par les grandes chaînes et devient un autre endroit haut de gamme pour manger et boire dans la ville.

&#13

Des aventures sexuelles sont disponibles dans tout Londres

&#13

Si vous êtes à Londres et que vous souhaitez avoir de la compagnie féminine, ne vous laissez pas surprendre à Soho. Il y a beaucoup de délicieuses escortes disponibles pour des solutions d’escorte par le biais d’agences d’escorte londoniennes de première classe qui sont spécialisées dans l’organisation de rencontres avec des compagnes. Il est facile d’organiser une rencontre, c’est discret, et de nombreuses escortes vous proposent de vous rendre à votre hôtel ou de vous rencontrer dans d’autres lieux publics, ou vous pouvez leur rendre visite dans leurs confortables appartements d’escorte, si vous préférez que les choses restent simples et discrètes. Bien entendu, vous ne payez les filles que pour leur compagnie, mais ce que vous faites en privé et par consentement mutuel ne dépend que de vous. Pourquoi risquer de vous faire prendre dans une maison shut alors que vous pouvez vous amuser en toute sécurité avec l’une de nos escortes londoniennes ?