Le sexe au bureau


Le sexe au bureau

Faire l’amour dans des endroits interdits est beaucoup furthermore excitant que de le faire à la maison. La possibilité de se faire prendre rend le tout additionally excitant.

Alors que je déjeunais avec un de mes amis, j’ai reçu un information de Derek. C’est l’une des personnes les as well as ouvertes d’esprit et les furthermore expérimentales que j’ai jamais connues. Derek a une creativity sexuelle débordante et il invente sans cesse des jeux de rôle excitants. Il me surprend souvent et je me demande où il va chercher ses idées perverses. Néanmoins, faire l’amour avec lui est vraiment une aventure.

Il n’est pas seulement connu pour ses jeux de rôle excitants, il est aussi très ouvert à l’idée d’essayer différents endroits aussi… surtout des lieux publics. LOL J’aime qu’il soit assez courageux, excité et spontané pour vivre ses fantasmes, ce n’est certainement pas le cas de tout le monde. Mais cette fois, il a eu l’idée la as well as folle de tous les temps.

« Hé, tu as déjà pensé à faire l’amour avec moi dans mon bureau ? » Dit le concept courtroom et très direct. Au début, je ne savais pas si c’était un jeu ou s’il voulait vraiment que je lui rende visite à son bureau. Aux heures de bureau ! ?!?? J’ai répondu rapidement : « bien sûr, pourquoi pas ! » J’étais curieux de savoir ce qui allait suivre. « Super ! Jeudi à 13 heures, précises ! » est rapidement arrivée sa réponse. Apparemment, il ne plaisantait pas. J’ai confirmé notre rendez-vous et j’ai continué ma journée.

Jeudi est arrivé et je me suis réveillé bien trop tôt. Je suppose que j’étais si nerveuse et excitée à la fois que je n’ai même pas pu dormir. Derek m’a envoyé un information inhabituellement tôt pour s’assurer que je venais ce jour-là. Je pense qu’il était un peu nerveux lui aussi, mais il n’allait pas reculer.

J’ai mis une tenue d’affaires et je suis arrivé à l’heure au bureau, comme d’habitude. En entrant dans le bâtiment, j’ai remarqué qu’il n’y avait pas de portier en cost, je pouvais donc aller directement aux ascenseurs. Je suis allé jusqu’au dernier étage, comme on me l’avait indiqué. Lorsque je suis sortie de l’ascenseur, Derek m’attendait au bout du couloir. Il m’a pris la most important, m’a embrassé brièvement et m’a tiré doucement vers son bureau.

Son bureau était grand et lumineux grâce aux grandes fenêtres. La pièce était simplement meublé avec les derniers gizmos informatiques et de bureau. J’ai aimé le model minimaliste de son bureau. Sur son grand bureau, il n’y avait rien d’autre que quelques papiers et quelques rapports d’affaires. Même si je n’avais pas remarqué beaucoup de monde, nous devions rester silencieux, donc nous n’avons pas beaucoup parlé. Après tout, je n’étais pas invité à prendre le thé l’après-midi.

Derek m’a embrassé passionnément et m’a rapproché de lui pour que je puisse sentir son pénis déjà dur dans son pantalon. Il a baissé ma jupe et a commencé à me masser doucement entre mes jambes. La sensation de ma chatte humide l’a excité encore as well as et il m’a murmuré des mots d’excitation à l’oreille. Des choses comme « Je t’ai voulu toute la matinée » et « oh babe, you make mad« . J’adore entendre ces mots et ils me font sentir désirée et désirable. J’ai cherché sa trique avec ma primary et j’ai commencé à lui faire une branlette, comme il l’aime. Tout s’est passé si vite et si bien que je ne me souviens même pas de tous les détails. La chose suivante que je sais, c’est que j’étais allongée sur son bureau et que je le sentais en moi. Nous avons bougé de as well as en furthermore vite jusqu’à ce que le minute de non-retour arrive. On a atteint un orgasme fou presque en même temps.

J’ai quitté son bureau aussi vite que je suis arrivé. Étonnamment, je n’ai vu personne dans l’immeuble de bureaux, j’ai trouvé cela un peu étrange. Tout semblait être aligné afin que nous ayons l’une des expériences sexuelles les furthermore folles et les furthermore excitantes de ma vie.

Dans l’ensemble, je pense que les gens aiment faire l’interdit, ça doit être un « truc humain ». Je suis sûr que Derek et moi ne sommes pas les premiers à avoir « enfreint la loi du bureau » et que nous ne sommes pas non in addition les derniers ! Nous vivons les uns et les autres, et il aurait été dommage de mourir sans avoir vécu cette expérience géniale, alors j’encourage les autres à vivre leurs fantasmes… tant qu’ils n’enfreignent pas la « loi du bureau ».

Bisous, Eline

alberto



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.